Trébeurden, les Roches Blanches, la Potinière : le choix du maire.

Monsieur le maire prétend (le Trégor 09/07/2009) ne pas avoir d’argument pour faire appel de la décision en première instance autorisant la constructibilité  des parcelles autour des Roches blanches sur la plage de Tresmeur (espaces naturels à protéger selon le PLU ). Pourtant, ila tous les arguments en mains et certains se sont chargées de le lui rappeler.

« Il y a anguille sous roche » :

Le maire se justifie de ne pas faire appel de la décision du 14 mai 2009 par référence à un autre jugement en première instance datant de 1995. Pourtant,le jugement de 1995 est frappé d’appel. Celui-ci a limité la constructibilité des parcelles en question.

Michel Lissillour connaît parfaitement ce dossier, aussi :

  • Pourquoi, ne veut-t-ilpas remettre en cause l’intérêt du propriétaire de ces parcelles et défendre les choix d’acquisition de celles-cipar la commune?
  • Pourquoi, cet empressement auprès de ses avocats et de la DDE pourlégaliser la constructibilité de ces terrains ? (zonage à définir)
  • Pourquoi ne fait-t-ilpas appliquer la décision de justice pour le remblaiement de la Potinière ( selon le jugement aux frais du propriétaire et sous contrôle de la DDE) ?
  • Pourquoi propose-t-ilde faire ce travail aux frais du contribuable ? Devant le refus du Propriétaire il ose mêmedéclarer, ‘il fait ce qu’il veut chez lui’.

Et si cela n’était qu’une manœuvre ayant en perspective un vaste ensemble immobilier intégrant la potinière ?

0 Responses to “Trébeurden, les Roches Blanches, la Potinière : le choix du maire.”


Comments are currently closed.