Archive for the 'Non classé' Category

La participation du plus grand nombre ou l’exclusion institutionnalisée

Les législatives 2017, bornées à l’élection présidentielle, sélectionnent les 2 candidats en tête du premier tour  et excluent les candidats n’ayant pas 12,5% des inscrits (dans les faits : n’ayant pas 25% des suffrages exprimés).

C’est, selon mes convictions, une logique d’exclusion. Cela ne permet plus le dialogue et le compromis, voire la reconfiguration de composantes politiques apparentées.

D’autre part, il est des candidats qui n’ont pour seul objectif que de bénéficier des subsides liés à leurs résultats (1,42€ sur 5 ans par suffrage). L’ appât du gain fait qu’ils contribuent à éliminer les seuls candidats qui peuvent défendre les convictions qu’ils prétendent avoir.

Paradoxe du quinquennat, il avait été fait pour éviter la cohabitation dans le cadre d’un bipartisme et de supprimer les triangulaires.

N’avons nous pas un gouvernement de cohabitation aujourd’hui avec un parti présidentiel qui va même jusqu’à sélectionner les candidats LR ou PS à conserver ( Valls, Le Foll, El Khomri, …) ?

Pour une triangulaire avec le taux d’abstention supérieur à 50 %, il conviendrait que chacun des trois candidats arrivés en tête ait un score supérieur à 25 % des votants.

Tout est pour le mieux dans le meilleur des mondes, l’exclusion mère de l’abstention est en marche . 48,71 % des inscrits ont voté. LREM et MODEM ont obtenu 32,32% et LR 15,77 %.

Les candidats du président seront au deuxième tour dans une confrontation quasi limitée aux candidats LR. Ils ont obtenu ensemble le 11 juin 23,42% des suffrages des inscrits.

Un quart des Français a choisi, lors du premier tour, cette DROITE recomposée avec quelque transfuge du PS. Expression de la démocratie, ce choix sera dans la majorité des circonscriptions, imposé aux trois quarts des autres français (76,58 %).

Avec des outils d’un autre temps la Ve République, dans un contexte qui a changé, il ne suffit pas de faire valoir les résultats produits de ces législatives pour que chacun d’entre nous ait le sentiment d’être COMPRIS, représenté et défendu.

Les modalités de ce scrutin, ont été bricolées au fil du temps pour conforter des partis majoritaires des familles politiques de droite et gauche. Ils obligeaient des alliances au sein de ces mêmes familles pour le second tour .

Cela n’est plus vrai, le contexte a changé. Le scrutin génère maintenant de l’exclusion. Malgré la somme des votes obtenus par ses composantes la GAUCHE est majoritairement privée d’un second tour.

La qualité d’une démocratie se mesure à la force de l’opposition. Elle constitue un amortisseur social. A défaut de représentant, le peuple se fera entendre, mais comment ?

Pourquoi encore et toujours, il faudrait se soumettre, renier ses convictions et voter à DROITE ?

Pourquoi, devions nous cautionner par un vote, fut-il blanc ou nul, le carambouillage institutionnalisé du second tour ?

NON, je trouve plus de dignité dans l’abstention ! Ce 18 juin, je resterai insoumis, la résistance s’organise, un jour viendra ….

Il y a différente façon de marcher : pour la MARCHE forcée, il faut des GODILLOTS, pour une MARCHE sur un fil cela sera plus délicat, mais il convient de ne pas oublier que :

Plus on MARCHE sur la tête des faibles, plus on est enclin à lécher les bottes des forts.”

Méfiez-vous des effets secondaires, notre société n’est pas un corps homogène !

En 2012, certains d’entre nous ont voté HOLLANDE alors que d’autres ont porté leur choix sur SARKOZY.

Cinq ans plus tard, la grande majorité des français refuse la politique proposée par ces deux anciens présidents.

Paradoxe de cette situation, d’après ce que veulent nous dire les instituts de sondage, un grand nombre d’électeurs, qui rejette la politique de l’actuel président, adoube MACRON. La plupart des proches du président et membres du gouvernent le soutiennent ouvertement.

Il a la faveur de HOLLANDE qui considère que l’on ne doit pas mettre en cause son bilan en précisant que le nouveau président devra partir de son travail pour éventuellement faire mieux. La dérive initiée par HOLLANDE serait à préserver. A TRIBORD TOUTE : c’est à droite à moins de ne pas regarder vers l’avant du navire, mais HOLLANDE le sait-il !

Les idéaux de 2012, face à cette trajectoire et aux peuples inconnus qu’ils abordent, s’adaptent. En mal de leader charismatique, certains font allégeance à MACRON : le très radical MADELIN, le premier ministre VILLEPEN,  l’écrivain Bernard Henry LEVY et Alain MINC.

Le projet MACRON est un hybride des politiques SARKOZY et HOLLANDE, si elle n’est pas perçu comme stérile, il n’est pas interdit de penser qu’elle peut assurer la reproduction de certains privilèges à vos dépends.

Comme vous le dites, Hollande vous a fait marcher, mais avec MACRON, la marche sera forcée.

Penser vous que c’est en augmentant la dose de la politique actuelle qu’elle sera en ce qui vous concerne du meilleur effet ? La posologie vous est présentée par monsieur MACRON avec une gentillesse indéniable et un grand sourire, mais méfiez-vous des effets secondaires, notre société n’est pas un corps homogène !

Ils ont tué la loi littoral : ils accordent l’immunité à ceux qui la violeront.

SARKOZY l’avait souhaité, sous le charme discret d’un libéralisme dévoyé, HOLLANDE, VALLS et MACRON l’ont fait.

Pourquoi ?

La loi littoral, adoptée à l’unanimité du parlement en 1986, a pour objectif d’interdire le mitage et de circonscrire les habitations dans les agglomérations et villages, ainsi que de préserver l’extension de l’urbanisation dans les espaces proches du rivage : ne pas bétonner le littoral.

Mesure emblématique de la protection de l’environnement de notre pays et cela bien au delà de nos frontières, elle fait consensus auprès de la population, sauf si cela concerne ses copains et connaissances.

Électoralisme oblige, la tentation est grande pour certains élus locaux, de permettre à des familles qui ont hérité de terres agricoles de faire des plus values substantielles en autorisant l’urbanisation d’espaces proches du rivage, en vendant la ‘vue sur mer’. Les mairies sont aussi sollicitées par des fonds d’investissement, connaisseurs en matière de profits.

Certains pensent que l’intérêt général doit primer sur l’intérêt privé et qu’en tout état de cause la loi doit être respectée, d’autres considèrent que la politique des copains doit être préservée. Le ‘deal’ doit perdurer. Il faut sauver ces soldats de la politique, l’état major, avec des armes qui ne sont pas celles du peuple (49-3) y veille. La loi MACRON pilonne la démocratie au service de quelques uns.

Par petite touches déjà, les conditions pour limiter la recevabilité des recours en matière d’urbanisme des associations sont créées, mais encore, il fallait selon HOLLANDE frapper financièrement les requérants.

Malgré cela, il existe des associations qui gagnent devant les Tribunaux Administratifs toutes leurs requêtes (4 pour notre association). La peur d’une sanction, incitait les promoteurs à s’assurer d’une autorisation purgée de tout recours, sachant que la durée des procédures bien trop longue est de la responsabilité de l’État.

Aussi, sous couvert de lutte contre les recours qui seraient abusifs, ( il est abusif d’avoir raison) la loi MACRON interdit de sanctionner les constructions illicites dans les espaces proches du rivage (Article L 480-13 du code de l’urbanisme))

  • « Le propriétaire ne peut être condamné par un tribunal de l’ordre judiciaire à démolir du fait de la méconnaissance des règles d’urbanisme. »

  • « Le constructeur ne peut être condamné par un tribunal de l’ordre judiciaire à des dommages et intérêts sauf en cas d’actions engagées dans les deux ans après l’achèvement des travaux et annulation du permis de construire par le tribunal administratif. »

Il est impossible, d’obtenir par le tribunal administratif, un jugement définitif pour abus de pouvoir sur la délivrance d’un permis de construire en deux ans. Les conditions requises pour des dommages et intérêts sont irréalisables .

La loi MACRON accorde l’impunité à ceux qui violent la loi littoral dans les espaces proches du rivage mais encore, elle incite les délinquants à mettre la justice devant le fait accompli.

Malgré des permis de construire dont le délai d’opposabilité n’est plus fait par l’affichage en mairie mais uniquement sur le terrain (garde-fou supprimé en 2007) , malgré qu’une maison peut être hors d’eau en 3 semaines, veut-on imposer une course de vitesse avec le démarrage d’un chantier dans une opacité totale ?

MACRON, sous couvert de simplification impose une procédure supplémentaire : le référé suspensif.

Mais alors, imagine-t-on le juge du référé, enjoindre le juge du fond, sans attendre le résultat d’un éventuel pourvoi, de trancher dans un sens donné ?

MACRON, rend non opérationnel un jugement sur le fond du Tribunal Administratif. Il veut, de fait, interdire aux particuliers et associations d’intercéder devant les tribunaux pour excès de pouvoir en matière d’urbanisme.

Compte tenu de cette situation, il nous est permis de croire que grâce à monsieur MACRON le maire d’une commune littorale peut donner une suite favorable à toutes les sollicitations qui lui sont faites sans en répondre à la loi.

La nature outragée, les magouilleurs libérés, la politique des copains primée, le citoyen dépité que je suis, ne votera pas MACRON ! La dignité m’impose d’être et de rester un INSOUMIS !

Les espaces naturels, l’environnement, la préservation du littoral, c’est notre bien commun, que chacun prenne ses responsabilités, je fais ce que je peux, et vous ?

Le bonheur est entre vos mains !

Meilleurs vœux à vous, votre famille, votre entourage et tout ceux qui prêtent attention aux autres !
Respecter, conserver et restaurer les espaces, ressources, milieux et habitats naturels, terrestres et marins, les espèces animales et végétales, la diversité et les équilibres fondamentaux de la biosphère, l’eau, l’air, le sol, le sous-sol, les sites et paysages, le cadre de vie, et participer à la sauvegarde du domaine public naturel et maritime ainsi que des chemins ruraux, vaste programme que sont les statuts d’avenir du littoral  m’a dit le père noël !

Parmi d’autres, 120 personnes ont appuyé cette démarche en défendant le chemin de convenant Glairec en Penvern à Trébeurden, mais elles ne sont pas seules. Soyons modestes ! 
Il est de ces invisibles sans qui nous ne serions rien. Ils méritent notre attention. ils sont aussi notre patrimoine. Regardez, écoutez, ils vous parlent !