Accueil  > Edito  > La Potinière

La Potinière

publié le 26 juin 2018 par Christian LE YAOUANC

Après toutes ces années, la lassitude l’emporte, chacun d’entre nous voudrait que la POTINIÈRE ne soit qu’un souvenir que l’on s’efforcerait d’oublier : mais à quel prix ?

Depuis 20 ans, combien d’occasions ratées, mais pour quoi faire ? Certains veulent valoriser les ROCHES BLANCHES, emblème de notre commune et site classé, alors que d’autres, pensent au contraire que des appartements et des commerces vont dynamiser TRESMEUR et le port dont c’était initialement la vocation première.

Lors d’anciennes ventes de la Potinière, la commune pouvait se substituer à l’acheteur, dans le cadre d’une Déclaration d’Intention d’Aliéner (DIA), aux prix et conditions convenues.

Il y a quelques années, en dehors de ce contexte, il fut question de 800 000€ pour la céder à la commune. Les dernières estimations des services de l’ État retiennent le montant de 285 000€.

En 2014, la mairie a pris la place des opposants à l’extension de la Potinière de 608 m2 à 880 m2, en invoquant pour seul argument la loi littoral. On peut s’interroger de l’objectif de cette requête au Tribunal Administratif : la proximité du site classé des ROCHES BLANCHES n’a pas été défendue. Le jugement en défaveur de la mairie l’oblige aujourd’hui.

Le permis délivré le 20 avril est lié à un protocole d’accord, il n’est déjà pas acceptable (incohérences, contradictions, déclarations inexactes), il rend peu crédibles les prochains épisodes de cette saga.

En effet, le protocole d’accord signé le 29 décembre 2017 entre les propriétaires et la mairie, prévoit un nouvel épisode à l’issue de ce permis purgé de tout recours : un permis modificatif. Le retard est déjà programmé.

Le plus grave est de cautionner le propriétaire majoritaire de 1 million d’euros : sans garantie réelle. En cas de réalisation de la construction cette somme serait allouée à l’achat de places de parking transformées en commerce. Nous n’avons aucune garantie de récupérer cette ruine si la construction n’est pas réalisée et achevée dans un délai donné.

D’après le protocole d’accord, il résulterait pour garantie, un prix du m2 de 13 000 € pour ce sous-sol et rez de rue de Trozoul, c’est-à-dire le prix du m2 d’un appartement dans un des arrondissements des plus cotés de Paris.

AVENIR DU LITTORAL a demandé à la mairie de présenter les éléments de droit requis comme préalable à l’acceptation d’un cautionnement et une attestation du contrôle de légalité engageant la responsabilité des services de l’État.

Avec un recours gracieux nous avons décidé d’un arrêt de jeu permettant quelques semaines de réflexion, clarification et mise en conformité, il conviendra de voir si le match doit reprendre.

ci-dessous notre recours gracieux et hiérarchique

Recours Gracieux

Dans la même rubrique

Réunion avec M le maire | Cone de vue de Rougoulouarn | Les marais du Quellen | Election municipale 2008 : | Penvern : Avenir Du Littoral se désiste ? | La poubelle nature | Trebeurden : PLU annulé | Plainte au pénal | Trébeurden épinglé par la loi littoral | Pollution à Tresmeur ! | Loi littoral : la chaine parlementaire LCP à Trébeurden | Formation sur la loi littoral | Extraction de sable près des côtes de Trébeurden | Naufrage du TK Bremen | Loi littoral : La commune de PLESTIN LES GREVES condamnée | Le pourvoi en cassation du maire de TREBEURDEN est rejeté | Le peuple des dunes | Enquête publique du SCoT du Trégor | SCOT du Trégor : AVENIR DU LITTORAL répond au Syndicat | Penvern : détournement d’un chemin communal ? | Penvern : dilapidation du patrimoine communal | Découverte de l’estran et de l’île MILLIAU | Chemin de PENVERN : AVENIR DU LITTORAL répond | RUNIGOU : Condamnation de la commune | GOAS TREZ, les marais du QUELLEN : Nouvelle condamnation de la commune | TREBEURDEN, Goas-Treiz : le jugement dernier ? | Le Peuple des Dunes en action ! | PORS TERMEN : massacre à la pelleteuse | PORS TERMEN : Le courrier du Préfet, la réponse du Maire | La Justice interdit l’échange du chemin de Penvern